Métamorphoses

Le nouvel an celte a eu lieu.

Nous étions quatre passeuses, nous avons eu la chance de ritualiser cette bascule, dans la forêt, sous la lune presque pleine et en invoquant la déesse à cheval.

Nous en sortons je pense un peu transformées.

Ça tombe bien puisque novembre aura pour moi le goût de la métamorphose et de l'instinct!

Je plonge en résidence pour une nouvelle aventure: voix, mouvement et jeune public, avec Sophie Wilhelm, conteuse du collectif "Front de l'Est" également. "Comme un animal" sera créé en janvier 2019 à l'ACB, scène nationale de Bar-Le-Duc (F)!

Ce mois ouvre aussi la reprise des soirées poésie des "Crépusculaires", dans un nouveau lieu: "L'Harmonium" à Uccle (B). Notre premier thème sera : le Vent.

En tout cas, je profite de l'automne, ma saison préférée, et vous souhaite de l'aimer aussi!

Agenda

  • 15/12/17

    Soirée poésie sur Sylvia Plath à l'Harmonium, Uccle (B) avec Catherine Pierloz et Jonathan Boulanger
  • 07/12/17

    "Le prince-serpent" à l'Arrière-Scène (Bruxelles)
  • 27/11; 04 et 11/12/17

    Formation d'initiation au conte au TAPS à Namur (B)
  • 21-24/11/17

    Résidence de création à la Roseraie pour "Comme un animal" avec Sophie Wilhelm
  • 14/11/17

    Contes à l'Athénée de Molenbeek (B)
  • 10/11/17

    Soirée poésie sur le Vent, à l'Harmonium, Uccle (B) avec Catherine Pierloz et Jonathan Boulanger
  • 31/10/17

    Balade celte de la Samain à Libramont

Mon "poème" du mois de novembre...

Vous retrouverez tous mes poèmes dans l'onglet "Ecrits"

16# La route

La route t'appelle sans cesse.
Te réveille, quand tu dors enfin.
Son cri est strident.
Elle te dit Viens. Elle te dit Pars. 
En insistant. Elle est comme un aimant.
Tu vois bien que les autres ne l'entendent pas,
avec la cire sur leurs tympans.
Tandis que toi, tu t'es attachée volontairement au mât.
Pour l'entendre. Pour l'écouter. Sans la laisser te tuer. Croyais-tu!
Autrefois tes oreilles aussi étaient bouchées.
Jusqu'à ce jour d'été. Où tes souvenirs sont remontés.
Te forçant à re-devenir qui tu es.
Qui tu es toi, vraiment, profondément.
Même si correct, ça ne l'est pas politiquement.
Mais à quoi sert d'entendre quand on ne sait pas répondre?
Et à quoi sert de répondre, quand de l'autre côté,
il n'y a plus que l'écho, de ta propre voix - certes belle, mais seule.
 
La route t'appelle.
Elle vient te secouer jusque dans ton sommeil.
Et tu sors de ton lit.
Et tes yeux n'arrivent pas à s'ouvrir.
Et tes jambes ne te portent plus.
C'est un cauchemar?
Non, c'est ta vie.
Tu t'es trompée d'époque.
Trompée. D'époque.
 
 
 
Julie Boitte | novembre 2017